BENELUX - French

ABB's website uses cookies. By staying here you are agreeing to our use of cookies. Learn more

La quatrième révolution industrielle est en marche

La numérisation et l’automatisation de notre société ont atteint depuis quelques années une vitesse fulgurante. Cette évolution s’observe aussi dans l’industrie. L’industrie 4.0 est en marche et ses principales applications concrètes seront bientôt présentées à Indumation, la grand-messe de l’automatisation industrielle en Belgique, à laquelle participera bien sûr ABB.

Observateurs et experts sont unanimes : la connectivité entre les machines, les applications et les personnes constituera le socle de la quatrième révolution industrielle ou Industrie 4.0. Les produits seront fabriqués sur mesure et les appareils communiqueront entre eux, dans le but principal de servir au mieux les hommes et les entreprises.

« Nous harmonisons mieux les mondes analogique et numérique », explique Staf Seurinck, vice-président chez ABB. « Bien que nous soyons au départ une entreprise de matériel, nous avons développé au fil des ans de nombreux logiciels pour différentes applications industrielles. ABB a accumulé dans ces domaines une riche expertise, que nous voulons numériser et offrir à nos clients. C’est déjà possible techniquement grâce à l’Internet of Things (IoT), mais avec ABB Ability™, nous voulons créer une valeur ajoutée. Une nouvelle plate-forme qui regroupe les services et solutions numériques de notre portefeuille, dans tous les segments.

Nous étendrons donc aussi au niveau horizontal, pour tous les groupes de produits, notre savoir-faire engrangé dans toutes sortes d’applications. Nous nous servirons pour cela d’applications et de services numériques standardisés. » ABB Ability™ pour le Benelux sera officiellement présenté à Indumation.

Applications numériques utiles
ABB a installé des millions d’appareils dans le monde qui collectent une foule de données. Une analyse et une interprétation de ces données en fonction de l’application et/ou du client pourraient fournir une source inépuisable d’informations et, surtout, de nouvelles solutions. Le champ d’application pour l’industrie est gigantesque. De nombreux nouveaux services ne manqueront pas d’apparaître.

Staf : « C’est aussi là que se trouve la valeur ajoutée. Car collecter des données et interconnecter des machines est à la portée de n’importe quel technicien. Par contre, comment veiller à ce qu’une entreprise améliore son efficacité, consomme moins d’énergie ou de matières premières et économise ainsi de l’argent ? Et comment le démontrer ? ABB a acquis cette expérience spécifique et cette technologie chez les clients. Il convient maintenant de les transformer en applications numériques utiles capables de créer de la valeur pour nos clients. »

Plate-forme intégrée
Un partenariat a en outre été conclu avec Microsoft. Microsoft Azure est une plate-forme de cloud computing intégrée, facilement adaptable et extensible, qui offre une large gamme de services web. Données, programmes et fonctionnalités sont désormais aussi centralisées en un lieu unique : le cloud.

« L’IoT nous permet d’interconnecter des appareils et de les faire communiquer d’une autre manière, ce qui ouvre beaucoup de possibilités. Les entreprises manufacturières, les intégrateurs de systèmes et nos channel partners peuvent, via la plate-forme ABB Ability™, utiliser l’ensemble de nos connaissances ou entièrement personnaliser les services web. À l’avenir, nous développerons de nombreuses nouvelles applications. ABB est plus que jamais un pionnier technologique et nous avons prévu de le prouver lors d’Indumation. »

« ABB a accumulé une grande expertise pour mieux harmoniser les mondes analogique et numérique. »

Optimisation de données industrielles
L’automatisation industrielle génère énormément de données. Le logiciel Decathlon d’ABB collecte et analyse des données pertinentes pour les convertir en informations exploitables, en vue d’optimiser la production en meilleure connaissance de cause. « Il s’agit d’une plate-forme numérique facilement connectable à des PLC, DCS et capteurs sur un réseau TCPIP. Nous traduisons les données brutes enregistrées en informations qui sont immédiatement exploitables », tient à préciser Steven Rogier, General Manager Industrial Automation chez ABB.

« La nouvelle version Decathlon 3.0.2 contient plusieurs outils intéressants. Il y a par exemple un module Management Execution Systems, un monitoring énergétique et des émissions, Alarm Insight, etc. Tout est traité en temps réel de sorte que tous les acteurs de la production reçoivent les informations sans délai et puissent intervenir le cas échéant. Nous améliorons ainsi la collaboration, l’efficacité et la productivité.

Les clients ou partenaires peuvent également rédiger des applications eux-mêmes et les intégrer dans la plate-forme. » Le stockage s’effectue rapidement et en toute sécurité sur un système local chez le client ou dans l’application cloud d’ABB AbilityTM. « Beaucoup de projets ont déjà été implémentés avec succès et nous voulons maintenant poursuivre leur déploiement dans tous les domaines. ABB a amassé tellement de connaissances au cours des quatre dernières décennies que nous pouvons offrir des solutions et des applications logicielles configurables de référence – des capteurs et PLC, DCS, MES à une intégration complète avec ERP. C’est ça notre force. »

« Tout est traité en temps réel de sorte que tous les acteurs de la production reçoivent les informations sans délai et puissent intervenir le cas échéant. »

Un robot comme collègue
Une des attractions phares lors d’Indumation sera le YuMi, le premier automate industriel collaboratif à deux bras au monde, spécialement développé pour travailler aux côtés des humains. Lors de sa conception et de sa construction, la sécurité des humains qui collaborent avec l’automate a été prise en compte. Il peut dès lors fonctionner, dans la plupart des cas, sans dispositifs de sécurité supplémentaires.

Ron Nakken, Senior Application Engineer Robotics chez ABB : « YuMi est compact et pèse environ 38 kilos. Sa commande a été conçue de sorte qu’il s’arrête en toute sécurité à la moindre résistance, sans nécessiter pour cela de capteurs supplémentaires. De plus, l’automate est pourvu d’une couche rembourrée au niveau des bras en guise de protection contre les chocs. YuMi possède aussi des systèmes de visualisation et de préhension sophistiqués. »

L’automate compact a été développé pour l’assemblage de petites pièces et est surtout utilisé pour la mécanique de précision, l’électronique, les matières synthétiques et dans l’industrie pharmaceutique. Avec RobotStudio®, ABB dispose d’un autre atout hautement technologique. Ce logiciel permet de réaliser des simulations d’une unité de production dans un environnement de réalité virtuelle. Pratique pour permettre à des ingénieurs de programmer et d’optimiser l’unité de production hors ligne. Mais les opérateurs y trouveront aussi leur bonheur.

« Une entreprise peut ainsi former de nouveaux collaborateurs sans temps d’arrêt. Avec des lunettes de réalité virtuelle, il est beaucoup plus facile de visualiser de tous les côtés le robot et sa périphérie, de lui apprendre différents points en temps réel ou de programmer un parcours. C’est un instrument de travail très intéressant aux applications illimitées. »

Les experts numérique d'ABB Benelux. De gauche à droite: Staf Seurinck, Steven Rogier, Ron Nakken, Davy Lammens et Leo Otterspeer.

Services connectés
L’IoT interconnecte non seulement des machines et des appareils, mais également des humains. Compte tenu de l’évolution rapide de la technologie, il est important que les applications et services pour les clients suivent. Le « data mining » permet d’obtenir une quantité colossale d’informations qui étaient encore récemment peu, voire pas du tout, accessibles. Ça ne peut que bénéficier au service, estime Davy Lammens, Technical Support Engineer Robotics chez ABB.

« Autrefois, les techniciens se rendaient sur place pour identifier un problème, aujourd’hui ils le font à distance. Un automate est équipé d’un puissant contrôleur produisant des données que nous pouvons exploiter pour déterminer comment améliorer sa productivité et/ou savoir s’il risque de tomber en panne prochainement. Les services connectés nous mettent en rapport avec les automates, mais surtout avec le client. Nous proposons un choix de cinq modules pour les services connectés : Condition monitoring & Diagnostics, Backup Management, Remote Access, Fleet Assessment et Asset Optimization. Le client n’a plus qu’à sélectionner ce dont il a besoin. »

Ici aussi, l’application cloud révèle sa valeur ajoutée, car via MyRobot, toutes les données sont accessibles au client, qui peut de cette façon optimiser le fonctionnement opérationnel. « L’IoT et la connectivité ne feront qu’accroître les possibilités et les avantages des services connectés », conclut Davy.

« Les services connectés nous mettent en rapport avec les automates, mais surtout avec le client. »

Capteurs intelligents
En cas de modernisation, les machines plus anciennes ne doivent pas toujours être remplacées. Une simple intervention suffit parfois pour pouvoir opérer dans un environnement hautement technologique. « Un moteur électrique est en soi une chose assez simple », expose Leo Otterspeer, Service Sales Manager Motors & Generators chez ABB. « Mais si l’on y ajoute un capteur intelligent, c’est un monde entièrement nouveau qui s’ouvre. Il devient possible de surveiller et d’analyser l’état du moteur. La température n’est pas trop élevée ? Les paramètres sont corrects ? Les paliers commencent à se détériorer ? Cela fait gagner beaucoup de temps aux techniciens de maintenance et aux gestionnaires d’actifs. »

Pour l’instant, l’analyse s’effectue par capteur, mais bientôt il sera possible de connecter plusieurs machines sur une même passerelle à un serveur cloud. « La connectivité devient ainsi bien plus grande et le client peut déterminer plus facilement si certaines valeurs d’un moteur électrique spécifique correspondent avec celles d’autres dispositifs. On peut donc travailler avec une maintenance en fonction de l’état, ce qui augmente la fiabilité des installations et leur efficacité, tout en réduisant les coûts. » 

Cet article a paru dans notre magazine clients «et cetera». Cliquez ici pour plus d'informations.