BENELUX - French

ABB's website uses cookies. By staying here you are agreeing to our use of cookies. Learn more

Visite royale chez ABB et libs

Baden, Suisse, 23 juin 2017 — Le Roi Philippe, roi des Belges et de ce fait chef d’État de la Belgique, a rendu visite vendredi à ABB et libs à Baden, pour s’informer personnellement et sur place sur le système de formation en alternance de la Suisse.

Un grand honneur pour ABB à Baden : le 23 juin, Philippe, roi des Belges, a rendu visite à ABB ainsi qu’à l’institut de formation, libs. Le chef d’État belge souhaitait s’informer à l’occasion de son voyage en Suisse sur les avantages du système de formation en alternance ici en Suisse. Il était accompagné d’une demi-douzaine de ministres ainsi que d’une cohorte de journalistes.

Le chef d’État belge arriva à Baden à l’heure prévue à 9 h 15. La berline le déposa directement à l’entrée du bâtiment où l’entreprise ABB Turbo Systems a son siège et où un tapis rouge avait été déroulé. Là, il fut accueilli par le Conseiller fédéral, Johann Schneider-Ammann, par Peter Voser, président du conseil d’administration d’ABB, par le directeur d’ABB pour la Suisse, Remo Lütolf, ainsi que par le président de libs, Yann Moor.
Remo Lütolf, Johan Schneider-Ammann, le roi Philippe de Belgique, Peter Voser et Yann Moor

Préparé pour l'avenir numérique

Dans son allocution, Voser souhaita une cordiale bienvenue au roi. Il fit remarquer que dans de nombreux pays, les jeunes étaient mal préparés à la révolution industrielle. La Suisse – y compris ABB – était au contraire bien armée, grâce au système de formation en alternance, pour répondre au vaste processus de numérisation dans l’industrie.

« ABB est grâce au système dual de formation équipé pour la numérisation complète de l'industrie »

Un bon exemple

Le Conseiller fédéral, Schneider-Ammann, loua lui aussi les avantages du système local de formation, qui n’accorde pas une attention moindre à la formation professionnelle qu’à l’enseignement universitaire. Il cita à cet égard le chef de la Banque mondiale, Jim Yong Kim, qui a déclaré récemment : « Si vous rencontrez un problème de chômage, alors regardez du côté de la Suisse, ce pays a manifestement une recette pour y remédier. »

Travail d'équipe

Remo Lütolf, président de la direction commerciale d’ABB Suisse, mit en évidence la valeur du système de formation en alternance pour l’entreprise. Environ la moitié des collaborateurs d’ABB Schweiz possèdent un diplôme universitaire (établissement d’enseignement supérieur et établissement de formation d’ingénieurs), et ils sont un nombre équivalent à avoir suivi un apprentissage professionnel, souvent complété par une formation complémentaire technique. Une qualification à tous les niveaux permet un véritable travail commun en équipe, dit-il.

Le 'centre d'apprentissage ABB' libs

Puis, Yann Moor expliqua le concept de l’Institut de formation professionnelle, libs. Cet institut a été créé en 1996 en tant que « Centre d’apprentissage ABB » et élargi plus tard à d’autres sociétés. Au cours des deux premières années, les jeunes apprennent les principes fondamentaux du métier chez libs, les deux années suivantes, ils les appliquent dans la pratique dans les sociétés partenaires. Plus d’un tiers des élèves de libs suivent cette seconde partie de leur formation chez ABB Suisse.

Les étudiants parlent de leur formation

Interaction avec les apprenants

Ensuite, le roi Philippe visita la chaîne de montage de turbocompresseurs d’ABB Turbo Systems ainsi que les sites de formation de libs. Il posa de nombreuses questions aux apprentis. C’est ainsi par exemple qu’il voulut savoir s’ils avaient également la liberté de développer eux-mêmes des idées ou bien s’ils étaient obligés d’effectuer simplement des tâches définies. La réponse fut claire : un aspect important de la formation professionnelle suisse consiste à développer des capacités à prendre des initiatives personnelles dans le travail.
La visite chez ABB a pris fin avec une table ronde sur l'avenir du système de formation en alternance.