YuMi entre en scène

Les spectacles précédents tenus sous le plafond couvert de fresques du très élégant Teatro Verdi à Pise, en Italie, ont compté leurs lots de musiciens assis et prêts à jouer avec les yeux rivés sur le maestro. Les solistes aussi n’attendent que le mouvement vers le haut de la baguette du chef d’orchestre pour commencer. Pourtant, ce spectacle-ci n’a rien d’ordinaire, surtout son chef d’orchestre. Cet événement marque les débuts de YuMi, le premier véritable robot collaboratif à deux bras au monde tout droit de chez ABB, comme chef d’orchestre.

Voici le portrait de la scène d’hier soir, alors que YuMi dirigeait le ténor italien Andrea Bocelli dans un programme de Verdi à un concert de charité pour le gala du premier Festival international de la robotique. Plus de 800 hôtes illustres de partout sur la planète ont pu jouir du programme intitulé : « A breath of hope: from the Stradivarius to the robot » (« Un souffle d’espoir : du stradivarius au robot »). Parmi les invités de cet extraordinaire événement se trouvait le PDG d’ABB, Ulrich Spiesshofer. C’est sous sa direction que YuMi a été créé lorsqu’il était responsable de renverser la situation de l’entreprise de robotique.

Andrea Bocelli sur scène avec YuMi
Andrea Bocelli sur scène avec YuMi

Le maestro Bocelli chantait dans l’un des plus beaux théâtres de la tradition italienne pendant que YuMi dirigeait « La Donna è Mobile », l’air célèbre de l’œuvre « Rigoletto » de Verdi. YuMi a poursuivi la direction pendant que la soliste Maria Luigia Borsi chantait l’air classique pour soprano « O mio babbino caro » tiré de l’œuvre de Puccini « Gianni Schicchi ». Pour conclure, YuMi a aussi dirigé un passage de l’« Intermezzo » dans l’opéra « Cavalleria Rusticana » de Mascagni.

Maria Luigia Borsi sur scène avec YuMi
Maria Luigia Borsi sur scène avec YuMi

Un interlude de 15 minutes dans le programme de la soirée, cet événement unique a démontré que les humains et les robots peuvent collaborer en parfaite harmonie

Maestro Bocelli n’a exercé aucune retenue dans son éloge du spectacle. « J’ai eu beaucoup de plaisir à chanter aux côtés de YuMi, le robot collaboratif d’ABB. Il a montré qu’un robot peut vraiment diriger un orchestre, mais seulement grâce à l’excellent travail d’ingénieurs très talentueux et d’un véritable maestro. Félicitations à l’équipe qui a réussi cet exploit », a-t-il dit par la suite.

Andrea Bocelli et le PDG d’ABB Ulrich Spiesshofer avec YuMi avant le concert
Andrea Bocelli et le PDG d’ABB Ulrich Spiesshofer avec YuMi avant le concert

« Je crois que nous avons vraiment écrit une nouvelle page dans l’histoire de la robotique et que nous jetons les bases pour les applications de l’avenir », a déclaré le PDG d’ABB, Ulrich Spiesshofer, après le spectacle. « YuMi a démontré son fonctionnement intuitif et sa capacité d’autoapprentissage, ainsi que le merveilleux fonctionnement de notre logiciel dans l’apprentissage des gestes d’un chef d’orchestre, la détection de la musique et la véritable direction de toute une équipe. »

Diriger un orchestre est l’une des formes d’art les plus exigeantes – il s’agit de façonner les diverses voix des musiciens en une seule expression au service du compositeur. YuMi figure parmi les formes les plus élevées de la technologie robotique et change la manière dont le monde voit la collaboration entre humain et robot. Le rapprochement si agréable de ces deux arts pendant le spectacle témoigne de la nature évolutive liant l’homme et la machine, et de la manière dont ils peuvent travailler ensemble d’une toute nouvelle manière.

Andrea Colombini, le chef de l’orchestre philharmonique de Lucca, a été le maestro qui a aidé à préparer YuMi pour l’événement. Il a été très enthousiaste devant la technologie sophistiquée de YuMi. « Nous avons eu beaucoup de succès à configurer l’interaction entre le coude, l’avant-bras et le poignet du robot, en tirant parti de sa polyvalence pendant la tâche exigeante et répétitive de décomposition des temps et des contretemps », a-t-il affirmé. Les nuances de la gestuelle d’un chef d’orchestre ont été reproduites intégralement à un niveau qu’il n’a jamais cru possible.

Andrea Colombini et YuMi
Andrea Colombini et YuMi

YuMi a atteint un niveau de gestuelle très fluide ainsi qu’un toucher d’une incroyable douceur et d’une expressivité nuancée. C’est un énorme bond en avant, étant donné la rigidité par laquelle les robots précédents s’exprimaient. L’expérience démontre comment YuMi peut facilement être programmé pour accomplir les travaux les plus délicats en assemblage électromécanique.

Le spectacle offert par YuMi a été préparé en deux étapes. Des répétitions ont servi à capturer les gestes de Colombini au moyen d’un processus nommé « apprentissage par dispositif de commande manuelle ». Dans la première étape, les deux bras du robot sont d’abord guidés pour suivre les mouvements avec une grande attention au détail, puis ils sont ensuite enregistrés. La deuxième étape consiste à affiner les mouvements dans le logiciel RobotStudio d’ABB et à les synchroniser avec la musique. Grâce à l’expertise technique d’ABB, l’apprentissage par dispositif de commande manuelle a permis à Colombini de se concentrer sur ce qu’il fait le mieux, donner vie à la musique.

Le premier Festival international de la robotique visait à diffuser la sensibilisation envers la robotique et ses applications, notamment les robots industriels collaboratifs comme YuMi.

Bien que ce spectacle donne un aperçu inspirant de ce que l’avenir nous réserve, il est peu probable que les robots parviennent à combiner l’érudition, le talent artistique, la technique, l’interprétation et le charisme d’un chef d’orchestre humain qualifié. L’objectif est ni plus ni moins de mettre au point des robots industriels plus faciles à utiliser et qui donnent de meilleurs résultats avec une intervention humaine réduite.

Tout comme YuMi a ravi le maestro, les robots font vivre des expériences uniques et excitantes dans leurs mondes.

 ________________________

Le premier Festival international de la robotique se déroulant du 7 au 13 septembre à Pise, en Italie, vise à étendre la sensibilisation envers ce domaine et à développer les connaissances dans toutes ses facettes et applications. Les établissements, les universités, les musées, les fondations et de nombreux instituts de recherche ont uni leurs efforts pour donner vie à cet événement unique et complet. La richesse du programme a inclus des conférences et des débats, tant d’intérêt scientifique que didactique, un programme de films, des expositions de robotique éducatives et des démonstrations de la robotique appliquée.

Share this article

Facebook LinkedIn Twitter