Un exemple en or dans les raccords pour câbles issu d’une source tout indiquée : une mine aurifère canadienne

28-11-2017 – Thomas & Betts, membre du groupe ABB, a conçu le premier raccord pour câbles teck étanche à l’eau en 1953 avec des sociétés d’exploitation aurifère à Kirkland Lake, en Ontario.

Établir précisément le jour qui a vu naître les mines d’or à Kirkland Lake, en Ontario, dépend du point de vue que l’on désire adopter.

Ce peut être le jour où le magma chaud a envahi le soubassement rocheux en poussant l’or en fusion dans ses veines.

Ce peut être le jour où d’anciennes calottes glaciaires ont labouré la terre recouvrant la roche et ainsi dénudé les filons d’or d’en dessous.

Ou ce peut être le jour où William Wright est tombé sur un lit de quartz sillonné d’or alors qu’il cherchait un compagnon perdu dans les bois en 1911.

Ce sont toutes des possibilités. Mais il n’y a aucun doute sur la source d’une percée technologique grâce à laquelle il est possible de faire passer en toute sécurité des câbles électriques souples dans des emplacements mouillés dangereux partout dans le monde, que ce soit dans les entrailles d’une mine d’or canadienne ou dans l’ossature d’une usine industrielle à Pittsburgh ou au Brésil.

Thomas & Betts a lancé le premier raccord pour câbles teck étanche – le 10464 – en 1953, en grande partie grâce à l’ingéniosité des électriciens de la mine d’or Teck-Hughes près de Kirkland Lake, en Ontario. 

L’invention est née d’un problème fondamental : comment empêcher l’eau ou des matières dangereuses de s’infiltrer dans les extrémités des câbles souples armés?

Les câbles souples eux-mêmes ont évolué progressivement depuis les années 1930 lorsque des membres du personnel d’entretien électrique de la mine Teck-Hughes cherchaient une meilleure solution que les conduits métalliques rigides pour transporter l’électricité dans leurs tunnels en expansion. Les câbles souples, beaucoup plus faciles à installer, étaient au départ recouverts d’une armure de métal réticulée en guise de protection, puis ont évolué pour comprendre des revêtements de plastique ou de caoutchouc pour protéger l’armure de métal de la corrosion.

Largement connu sous le nom de câble « teck » d’après le nom de la mine aurifère de Kirkland Lake, le câble souple novateur posait un problème de taille. Contrairement au conduit métallique rigide, il était presque impossible d’installer un raccord sur un câble teck qui ne prendrait pas l’eau dans des conditions humides, ce qui causait des courts-circuits ou de dangereuses pannes de courant.

Carte illustrant Kirkland Lake
Carte illustrant Kirkland Lake

Le raccord pour câbles teck étanche à l’eau 10464 a résolu le problème et est entré sur la scène internationale par le fait même.

En collaboration avec la mine Teck-Hughes, les ingénieurs de Thomas & Betts ont mis au point un raccord avec une bague interne qui se comprime sur la gaine de câble pendant l’installation, ce qui le rend bien étanche aux éléments. Le raccord 10464 comportait également une lance dentelée interne, appelée dent SaberMD, s’engrenant dans l’armure de métal du câble et assurant ainsi un chemin solide et sécuritaire.

Le raccord a dominé le marché des raccords pour câbles teck étanche à l’eau pendant 30 ans. Puis est arrivé William Smith, jeune ingénieur de produit de Thomas & Betts à la recherche de quelque chose d’encore mieux.

Le raccord 10464 original devait être démonté avant de pouvoir être installé, ce qui rendait les installations un peu délicates et incommodes. M. Smith, ingénieur en mécanique qualifié, a méticuleusement pris le pouls des utilisateurs finaux partout au Canada, qui englobaient alors non seulement les mines, mais aussi les installations pétrolières et gazières, les usines de pâtes et papiers et d’autres industries, pour connaître leur utilisation des raccords et quels types d’améliorations étaient nécessaires.

Le résultat, après deux ans de mise au point par les ingénieurs de Thomas & Betts, est le premier raccord de la dorénavant vaste gamme de raccords Star Teck – le Star Teck ST – un modèle monobloc à installation facile qui ne nécessite aucun démontage tout en offrant la même étanchéité et un solide conducteur de mise à la terre.

Depuis le lancement de la première version en 1987, la gamme Star Teck s’est étendue à plusieurs produits représentant des dizaines de millions de dollars de ventes annuellement, y compris le meneur de la gamme Star Teck ExtremeMD, les raccords antidéflagrants Star Teck XPMD conçus pour les environnements dangereux explosifs et la gamme Star Teck Extreme XPMD qui assure une facilité d’utilisation et met à portée certains des environnements les plus hostiles de la planète. La toute dernière innovation de pointe, le Star Teck Extreme DirectorMC, s’adapte de 90 à 180 degrés pour effectuer des raccordements sécuritaires sous différents angles réglables sur le terrain. 

Share this article

Facebook LinkedIn Twitter