La technologie, force motrice du centre de données de demain

Au XIXe siècle, le courant alternatif (c.a) de Nikola Tesla provoquait des ondulations dans le transport de l’énergie. Ce qui distinguait le courant alternatif, pour le plus grand malheur de son employeur et inventeur du courant continu, Thomas Edison, c’était sa capacité de parcourir de grandes distances en modifiant la tension et l’orientation du transport de l’énergie.

Aujourd’hui, l’ingénieuse invention de Nikola Tesla ouvre la voie à des technologies comme les sousstations et les transformateurs, ce qui nous permet de tout piloter, qu’il s’agisse des électroménagers ou des réseaux ferroviaires. Cette invention nous a aussi permis de nous doter d’une source d’électricité flexible, qui donne à ses exploitants une meilleure maîtrise et un choix plus vaste.

L’avenir de l’industrie des centres de données repose également sur cette flexibilité.

Dans le monde numérique moderne, le centre de données - réseau de serveurs informatiques qui stockent, traitent et distribuent l’information à distance - est indispensable. Quand on évoque un centre de données, on pense d’abord à un bâtiment colossal qui abrite une multitude de rangées de serveurs superposées qui ronronnent en transmettant et recevant chaque seconde des millions d’octets de données.

Or, l’avènement de technologies comme l’Internet des objets industriels, l’apprentissage en profondeur et la nuagique sont venus bousculer les méthodes de stockage, de traitement et d’extraction des données. L’infrastructure des centres de données doit être plus élastique, en se dilatant et en se contractant avec la demande ou la technologie, qui peut évoluer rapidement. Les centres de données doivent permettre d’avoir une vue d’ensemble de l’exploitation afin de s’assurer que les économies d’énergie et la disponibilité des réseaux se situent à des niveaux maximums et que les centres sont connectés à des réseaux intelligents pour permettre aux exploitants de mieux les maîtriser.

Comme la plupart des technologies, les centres de données respectent aussi la loi de Moore, puisqu’ils peuvent stocker de plus grandes quantités de données sur des terminaux de moins en moins encombrants. Les systèmes micromodulaires comme le Centre de données périphérique sécurisé (Secure Edge Data Center ou SEDC), développés par ABB, Hewlett Packard Enterprises et Rittal, qui a été dévoilé en avril au salon Messe de Hanovre, est une percée dans la technologie des centres de données sécurisés et évolutifs.

Le SEDC brouille la frontière entre les centres de données et la capacité des TI puisqu’on peut les installer non loin des établissements industriels en moins de 12 semaines. Grâce à la fonction d’automatisation des centres de données de la plateforme ABB AbilityMC, le SEDC offre à la direction un choix plus vaste grâce à la télécommande et à la télésurveillance, en plus d’organiser automatiquement les données et de poser des autodiagnostics pour réduire le plus possible la latence.

L’importance du centre de données, souvent appelé le cœur de l’Internet, réside dans sa disponibilité et dans une multitude de technologies auxiliaires comme les systèmes de chauffage, de ventilation et de climatisation (CVC) et les logiciels de gestion des infrastructures des centres de données, qui permettent d’en accroître l’efficience.

Au nombre de ces technologies figure le commutateur de transfert automatique (CTA) TruONE d’ABB. Il s’agit du premier véritable CTA dans le monde à regrouper tous les capteurs et régulateurs nécessaires sur un même terminal facile à installer. Le commutateur TruONE permet d’améliorer la protection et d’accélérer de 80 % l’installation, en veillant à perdre le moins de temps possible dans la commutation entre les charges.

L’industrie du stockage des données n’est plus homogène. Les centres de données en nuagique viennent accélérer la transmission des données et améliorer le rendement, à une époque où les sources d’énergie renouvelable prennent mondialement de la vitesse. Ce secteur, qui connaît une évolution fulgurante, doit miser sur des connexions réseautiques tout aussi puissantes et fiables, par exemple les réseaux intelligents et les microréseaux d’ABB, qui visent à réduire l’intermittence et, par le fait même, l’indisponibilité.

Tout comme le modèle de courant alternatif de Nikola Tesla a tout changé dans l’univers du transport de l’énergie, les progrès technologiques comme les centres de données micromodulaires et nuagiques promettent de transformer l’industrie, ce que la technologie d’ABB permettra de faire.

Share this article

Facebook LinkedIn Twitter WhatsApp