Résultats du quatrième trimestre et de l’exercice financier 2020

Une année difficile qui finit sur une bonne note

FAITS SAILLANTS DU QUATRIÈME TRIMESTRE DE 2020

  • Commandes : 7,0 milliards de dollars, +2 %; ‑1 % en données comparables1
  • Chiffre d’affaires : 7,2 milliards de dollars, +2 %; 0 % en données comparables
  • Bénéfice opérationnel : 578 millions de dollars; marge de 8,0 %
  • BAIIA1 opérationnel : 825 millions de dollars; marge1 de 11,5 %, en tenant compte de l’impact combiné de 80 points de base du règlement entier et définitif du projet de Kusile avec Eskom en Afrique du Sud et des charges des activités non essentielles
  • BPA de base : 0,04 $; BPA opérationnel: 0,26 $, ‑6 %
  • Marge d’autofinancement des activités d’exploitation : 1 182 millions de dollars; marge d’autofinancement des activités d’exploitation poursuivies : 1 225 millions de dollars après incidences négatives combinées de ~200 millions de dollars pour le règlement du projet de Kusile et les transferts des régimes de retraite.

FAITS SAILLANTS DE L’EXERCICE FINANCIER 2020

  • Commandes : 26,5 milliards de dollars, ‑7 %; ‑6 % en données comparables1
  • Chiffre d’affaires : 26,1 milliards de dollars, ‑7 %; ‑5 % en données comparables
  • Bénéfice opérationnel : 1 593 millions de dollars; marge de 6,1 %
  • BAIIA opérationnel1 : 2 899 millions de dollars; marge1 de 11,1 %, en tenant compte de l’impact combiné de 90 points de base du règlement entier et définitif de Kusile et des charges des activités non essentielles, et de l’incidence de 15 points de base des coûts irrécouvrables
  • BPA de base : 2,44 $, +261 %2, en tenant compte du gain de la vente des Réseaux électriques; BPA opérationnel: 0,98 $, ‑21 %
  • Marge d’autofinancement des activités d’exploitation : 1 693 millions de dollars; marge d’autofinancement des activités d’exploitation poursuivies : 1 875 millions de dollars, après des sorties de liquidités d’environ 1 milliard de dollars, au total, pour les transferts des régimes de retraite, l’extraction des Réseaux électriques et d’ABB-OS et des autres postes de frais de restructuration et de frais liés aux projets. Redressée pour exclure les sorties de liquidités ci‑dessus, la marge d’autofinancement des activités d’exploitation poursuivies s’est améliorée de presque 550 millions de dollars sur un an.
  • Dividende par action proposé de 0,80 CHF

Téléchargements

Tr4 et exercice 2020 – résultats : Communiqué de presse – français (PDF)
Tr4 et exercice 2020 – résultats : Communiqué de presse – allemand (PDF)
Tr4 et exercice 2020 – résultats : Communiqué de presse – suédois (PDF)
Tr4 et exercice 2020 – résultats : Information financière – français (PDF)
Tr4 et exercice 2020 – résultats : États financiers d’information (XLSX)
Tr4 et exercice 2020 – résultats : Présentation des résultats du groupe – français (PDF)

Chiffres clés

Évolution

Évolution

(en millions de $, sauf indication contraire)

T4
2020

T4
2019

$ US

Données
comparables

EF 2020

EF
2019

$ US

Données
comparables

Commandes

7 003

6 886

+2 %

-1 %

26 512

28 588

-7 %

-6 %

Chiffre d’affaires

7 182

7 068

+2 %

0 %

26 134

27 978

-7 %

-5 %

Bénéfice d’exploitation

578

648

-11 %

1 593

1 938

-18 %


BAIIA opérationnel1

825

710

+16 %

+12 %3

2 899

3 107

-7 %

-8 %3

en % du chiffre d’affaires opérationnel

11,5

10,1

+1,4 point

11,1

11,1

0 point


Bénéfice net attribuable à ABB

-79

325

s.o.

5 146

1 439

+258 %


BPA de base ($)

-0,04

0,15

s.o.

2,44

0,67

+261 %2


BPA opérationnel1 ($)

0,26

0,27

-6 %2

-10 %2

0,98

1,24

-21 %2

-22 %2

Marge d’autofinancement des activités d’exploitation4

1 182

1 911

-38 %

1 693

2 325

-27 %


Marge d’autofinancement des activités d’exploitation poursuivies

1 225

1 454

-16 %

Données
comparables

1 875

1 899

-1 %

Données
comparables

« Au quatrième trimestre, la conjoncture du marché s’est améliorée par rapport au troisième trimestre. En somme, certains marchés finaux clés sont restés difficiles, les coûts des intrants ont augmenté, et l’incertitude attribuable aux restrictions liées à la COVID-19 s’est accrue à mesure que le trimestre a progressé. Les commandes ont été essentiellement stables sur un an, grâce aux commandes importantes confiées aux activités maritimes de l’Automatisation industrielle. Les marges opérationnelles ont profité de la solide performance de l’Électrification, ainsi que de la vigueur des activités de la division Entraînements.

« 2020 a été une année exceptionnelle : l’évolution des marchés a été dominée par les difficultés découlant de la pandémie. Je suis reconnaissant de la rapidité et de la volonté avec lesquelles l’équipe ABB a mis en œuvre les mesures d’atténuation, en donnant toujours la priorité à la santé et à la sécurité de nos employés. En 2020, nous avons adopté des mesures importantes en lançant le modèle opérationnel décentralisé de la manière ABB et notre stratégie de développement durable à long terme, et nous avons entamé le processus de sortie des trois divisions. Grâce à notre stratégie limpide, à notre excellent socle technologique et à notre situation financière plus solide, ABB est bien positionnée pour 2021 et les années suivantes », a déclaré Björn Rosengren, président et chef de la direction d’ABB.

Les résultats du Groupe au quatrième trimestre de 2020

Synthèse

La performance du quatrième trimestre a été solide. Au quatrième trimestre, l’évolution des commandes a été portée par la croissance satisfaisante des secteurs de produits à cycle court, menés par la Chine. Le trimestre a été marqué par les commandes majeures considérables5 confiées à l’Automatisation industrielle. Plus discrètes, les activités dans les services ont tempéré le résultat. Les marges opérationnelles de l’Électrification et de la division Entraînements ont augmenté sur un an, grâce à des volumes essentiellement stables et à une maîtrise des coûts satisfaisante; dans le même temps, la performance de l’Automatisation industrielle ainsi que de la Robotique et de l’Automatisation intelligente a été ralentie par les effets de combinaisons négatifs; dans l’Automatisation industrielle, la performance a aussi été ralentie par les charges de certains projets. Les mesures adoptées pour améliorer la rentabilité à long terme, pour fortifier la souplesse financière d’ABB et pour dérisquer le bilan se répercutent elles aussi sur les résultats du trimestre.

Commandes

Durant le trimestre, les commandes ont augmenté de 2 % (et ont baissé de 1 % en données comparables) par rapport au même trimestre l’an dernier. Les effets de la conversion des changes ont eu une incidence positive nette de 3 %, et les changements de portefeuille, une incidence nulle. Le carnet de commandes s’élevait à 14,3 milliards de dollars à la fin du trimestre, en hausse de 7 % (5 % en données comparables).

Tour d’horizon régional

En Europe, les commandes ont baissé de 8 % (12 % en données comparables) et ont inscrit des résultats nuancés au niveau des pays. En Allemagne et en Suède, dans une période dans laquelle les comparaisons sont difficiles, les commandes ont perdu respectivement 21 % (26 % en données comparables) et 13 % (21 % en données comparables). Elles ont crû de 22 % (16 % en données comparables) en Italie et de 23 % (13 % en données comparables) en Finlande.

Dans les Amériques, les commandes ont baissé de 7 % (6 % en données comparables); les résultats ont été nuancés au niveau des pays. Aux États‑Unis, les commandes ont fléchi de 12 % (12 % en données comparables).

En Asie, au Moyen-Orient et en Afrique (AMOA), les commandes ont augmenté de 28 % (23 % en données comparables). Elles ont été mises à rude épreuve en Inde, en perdant 7 % (9 % en données comparables). Ces résultats négatifs ont été largement compensés par l’excellente croissance en Chine, en augmentation de 23 % (21 % en données comparables). Ont aussi étayé la croissance, les commandes importantes5 en Corée du Sud, en hausse de 357 % (368 % en données comparables), ainsi que la forte demande en Australie et dans les Émirats arabes unis.

Tour d’horizon des marchés finaux

Dans les industries intelligentes, le groupe a profité de l’activité vigoureuse dans les segments des 3C et des constructeurs de machines. Séquentiellement, il y a eu de bonnes nouvelles dans la construction automobile pour les dépenses en immobilisations projetées et les dépenses consacrées à la construction des véhicules électriques. Certains marchés finaux comme les boissons et aliments ont continué de croître.

Dans les segments de l’énergie, les activités sont restées discrètes, sauf dans le secteur du GNL, dans lequel ABB a profité de commandes substantielles pour des navires GNL spécialisés dont la construction est programmée pour des périodes ultérieures. Ailleurs, les clients ont décalé les dépenses de services et ont investi uniquement dans les opérations essentielles. Séquentiellement, le réseau des projets d’énergie a donné certains signes de stabilisation. Dans les autres segments de clientèle comme l’exploitation minière, les pâtes et papiers et les aqueducs et les égouts, certains projets d’investissement sont allés de l’avant durant le trimestre.

Dans les transports et les infrastructures, les investissements ont été vigoureux dans le transport ferroviaire et dans les renouvelables. Les commandes ont été solides dans les centres de données et dans la mobilité électrique. Dans le transport maritime, les activités ont été difficiles au quotidien, en particulier dans les services.

Sur le marché du bâtiment, la demande s’est améliorée séquentiellement; dans l’ensemble, les marchés résidentiels ont surclassé les marchés non résidentiels.

Chiffre d’affaires

Le chiffre d’affaires a augmenté de 2 % (et n’a pas bougé en données comparables) sur un an, ce qui témoigne de la croissance des produits à cycle court, freinée par les plus grandes difficultés dans les services. Les effets de la conversion des changes ont eu un impact net positif de 3 %, et les changements de portefeuille, un impact net négatif de 1 %. Le ratio de prise de commandes du trimestre s’est établi à 0,98x1, ce qui est comparable à celui du même trimestre l’an dernier.

Bénéfice d’exploitation et BAIIA opérationnel

Le bénéfice d’exploitation s’est élevé à 578 millions de dollars. Le résultat du trimestre tient compte des frais de restructuration et des dépenses liées à la restructuration de 220 millions de dollars, contre 99 millions de dollars dans le trimestre de l’an dernier. Ces charges ont assez fortement augmenté par rapport aux prévisions de la direction. Les charges comptabilisées se rapportent essentiellement à la réalisation projetée des économies d’ABB‑OS, des synergies de l’intégration de la GEIS et des gains de performance planifiés dans l’Automatisation industrielle.

Le BAIIA opérationnel1 a gagné 16 % (12 % dans les monnaies locales), pour s’inscrire à 825 millions de dollars. La marge du BAIIA opérationnel de 11,5 % a progressé de 140 points de base sur un an. Sur un an, les marges ont augmenté dans l’Électrification et dans la division Entraînements, alors qu’elles ont baissé dans l’Automatisation industrielle, ainsi que dans la Robotique et dans l’Automatisation intelligente. Le BAIIA opérationnel de l’Administration générale et divers s’est amélioré d’environ 110 millions de dollars.

La marge du BAIIA opérationnel tient compte d’un impact négatif de 45 points de base issu d’un règlement final en Afrique du Sud avec Eskom relativement au projet de Kusile6, ainsi que d’un impact négatif de 35 points de base au titre des activités opérationnelles non essentielles.

Bénéfice net et résultat de base par action

Le bénéfice net du groupe attribuable à ABB s’est élevé à ‑79 millions de dollars. Le groupe a comptabilisé des charges financières nettes de l’ordre de 200 millions de dollars, dont les coûts de 162 millions de dollars engagés au titre du rachat anticipé d’obligations. En outre, les charges non opérationnelles des régimes de retraite ont été de l’ordre de 130 millions de dollars. Le lecteur trouvera ci‑après de plus amples renseignements sur ces postes. Les charges fiscales se sont élevées à 123 millions de dollars, pour un taux d’imposition de 49,2 %. Les postes exceptionnels, dont les charges non opérationnelles des régimes de retraite et les frais de rachat d’obligations, ont eu un impact approximatif de 21 % sur le taux d’imposition. La perte sur les opérations abandonnées de 183 millions de dollars s’explique essentiellement par les redressements ordinaires apportés au bilan à la clôture relativement au gain comptable sur la vente des Réseaux électriques.

Le BPA de base s’est établi à ‑0,04 $. Le BPA opérationnel, à 0,26 $1, a baissé de 6 %2 sur un an, essentiellement parce que les résultats de l’exercice précédent tenaient compte du bénéfice net opérationnel de l’ancienne activité des Réseaux électriques, qui a été cédée.

Marge d’autofinancement apportée par les activités d’exploitation

La marge d’autofinancement apportée par les activités d’exploitation s’est élevée à 1 225 millions de dollars, ce qui représente une baisse de l’ordre de ‑230 millions de dollars sur un an. Le résultat tient compte de plusieurs postes importants, notamment la sortie de liquidités d’environ ‑115 millions de dollars pour le règlement du projet Kusile avec Eskom en Afrique du Sud, les sorties de liquidités d’environ ‑85 millions de dollars pour le transfert de certains régimes de retraite, et d’autres sorties de liquidités pour la restructuration dans le cadre d’ABB-OS et d’autres programmes de restructuration.

Sur un an, la marge d’autofinancement a été malmenée par la chronologie défavorable des paiements d’impôts et par les mouvements moins favorables dans l’évolution du fonds de roulement net. Les créances clients et les dettes fournisseurs ont été moins favorables que dans le même trimestre l’an dernier, ce qui a été en partie compensé par la baisse des niveaux de stocks, ce qui a étayé la génération de liquidités. En pourcentage du chiffre d’affaires, le fonds de roulement net s’est établi à 10,5 % à la fin du trimestre, contre 9,5 % à la fin du même trimestre l’an dernier.

Résultats opérationnels du quatrième trimestre de 2020

Tout le commentaire par secteur d’activité a trait aux résultats du quatrième trimestre. Les commentaires sur les commandes et sur le chiffre d’affaires se rapportent à la croissance comparable sur un an, sauf indication contraire.

Électrification (EL)

CHIFFRES CLÉS

ÉVOLUTION

ÉVOLUTION

(en millions de $  sauf indication contraire)

T4 2020

T4 2019

$ US

Données comparables

EF 2020

EF 2019

$ US

Données comparables

Commandes

3 074

3 160

-3 %

-2 %

11 884

13 050

-9 %

-6 %

Carnet de commandes

4 358

4 488

-3 %

-1 %

4 358

4 488

-3 %

-1 %

Chiffre d’affaires

3 356

3 238

+4 %

+5 %

11 924

12 728

-6 %

-3 %

BAIIA opérationnel1

522

421

+24 %


1 681

1 688

+0 %


en % du chiffre d’affaires opérationnel

15,6

13,1

+2,5 points


14,1

13,3

+0,8 point


Les commandes ont profité de la vigueur de la demande dans les centres de données, dans le domaine des bornes de recharge des VE et dans les renouvelables, ainsi que de la solidité de l’activité dans des secteurs comme le transport ferroviaire et les boissons et aliments. Les produits chimiques, le secteur pétrogazier et les autres industries de transformation ont été mis à rude épreuve. Dans le bâtiment, la demande a été nuancée dans l’ensemble des territoires géographiques : l’activité résidentielle a surclassé l’activité non résidentielle. Géographiquement, la Chine et l’Allemagne ont inscrit des résultats remarquables.

La solide exécution du carnet de commandes et la vigueur du secteur des produits à cycle court ont dégagé une solide croissance pour le chiffre d’affaires du quatrième trimestre.

L’accrétion des marges s’explique par l’amélioration des volumes et une tarification favorable. Les économies de coûts permanentes, par exemple grâce à la baisse des frais de voyages, à la sortie de l’activité des onduleurs solaires et à l’amélioration du rendement des Produits d’installation et de l’intégration de la GEIS ont apporté un concours positif.

Automatisation industrielle (IA)

CHIFFRES CLÉS

ÉVOLUTION

ÉVOLUTION

(en millions de $  sauf indication contraire)

T4 2020

T4 2019

$ US

Données comparables

EF 2020

EF 2019

$ US

Données comparables

Commandes

1 918

1 706

+12 %

+9 %

6 144

6 432

-4 %

-4 %

Carnet de commandes

5 805

5 077

+14 %

+9 %

5 805

5 077

+14 %

+9 %

Chiffre d’affaires

1 545

1 683

-8 %

-11 %

5 792

6 273

-8 %

-7 %

BAIIA opérationnel1

103

202

-49 %

451

732

-38 %

en % du chiffre d’affaires opérationnel

6,8

12,1

-5,3 points

7,8

11,7

-3,9 points

La vigueur des commandes s’explique par les commandes majeures considérables5 de 645 millions de dollars, essentiellement pour les navires GNL spécialisés. Ce secteur a inscrit une forte activité dans d’autres industries comme l’exploitation minière, les aqueducs et les égouts. Les secteurs du pétrole, des produits chimiques et de la production de l’énergie traditionnelle ont continué d’éprouver des difficultés. Les commandes ont augmenté dans la région de l’AMOA et ont baissé en Europe et dans les Amériques.

Le chiffre d’affaires a baissé, ce qui s’explique surtout par la diminution des activités de prise de commandes; les services ont été beaucoup plus léthargiques, puisque la deuxième vague de COVID-19 a déferlé dans de nombreux pays et que certaines industries clientes, surtout les exploitants de navires de croisière, ont réduit considérablement leurs activités par rapport aux niveaux normaux.

La division a été heureuse de conclure avec Eskom un règlement entier et définitif pour le projet de Kusile en Afrique du Sud. Le résultat tient aussi compte des charges des projets de réaménagement en Inde. Dans l’ensemble, ces postes ont réduit de 270 points de base les marges opérationnelles. Hormis ces postes, les marges ont été percutées par la baisse des volumes et par un éventail défavorable, essentiellement lié à la baisse de l’activité dans les services. Pour réagir aux difficultés soutenues dans l’ensemble de ses marchés, la division continue d’adapter sa taille et de se restructurer dans les cas nécessaires.

Entraînements (MO)

ÉVOLUTION

ÉVOLUTION

(en millions de $  sauf indication contraire)

T4 2020

T4 2019

$ US

Données comparables

EF 2020

EF 2019

$ US

Données
comparables

Commandes

1 552

1 602

-3 %

-5 %

6 574

6 782

-3 %

-2 %

Carnet de commandes

3 320

2 967

+12 %

+6 %

3 320

2 967

+12 %

+6 %

Chiffre d’affaires

1 705

1 657

+3 %

0 %

6 409

6 533

-2 %

-2 %

BAIIA opérationnel1

285

254

+12 %

1 075

1 082

-1 %

en % du chiffre d’affaires opérationnel

16,8

15,4

+1,4 point

16,8

16,6

+0,2 point

Le résultat des commandes sur un an tient compte des difficultés dans la comparaison des commandes majeures5 et de la léthargie soutenue de certains marchés finaux comme le secteur pétrogazier. La demande dans les segments du transport ferroviaire et de l’aqueduc et des égouts a été vigoureuse; les marchés finaux comme les métaux, les pâtes et papiers et les boissons et aliments ont été solides. Les commandes ont été fortes dans l’AMOA, généralement stables dans les Amériques et moindres en Europe.

L’évolution du chiffre d’affaires témoigne de la croissance des activités à cycle court et de la solide exécution des carnets de commandes.

Les marges opérationnelles ont augmenté, grâce à la maîtrise satisfaisante des coûts, à la stabilité des volumes et à un éventail favorable, malgré certaines pressions, par exemple la hausse des coûts du transport.

Robotique et automatisation intelligente (RA)

CHIFFRES CLÉS

ÉVOLUTION

ÉVOLUTION

(en millions de $  sauf indication contraire)

T4 2020

T4 2019

$ US

Données comparables

EF 2020

EF 2019

$ US

Données comparables

Commandes

699

701

+0 %

-5 %

2 868

3 260

-12 %

-12 %

Carnet de commandes

1 403

1 356

+3 %

-2 %

1 403

1 356

+3 %

-2 %

Chiffre d’affaires

801

787

+2 %

-3 %

2 907

3 314

-12 %

-13 %

BAIIA opérationnel1

59

86

-31 %

237

393

-40 %

en  % du chiffre d’affaires opérationnel

7,3

11,0

-3,7 points

8,2

11,9

-3,7 points

Les commandes ont profité de certains investissements de la Robotique dans les secteurs des 3C et de la construction automobile liée aux VE, essentiellement en Chine, et de l’activité satisfaisante dans les industries en général. L’activité des constructeurs de machines a été solide. La prise en charge des commandes comptabilisées a été fragilisée par des contrepassations de l’ordre de 50 millions de dollars, surtout dans l’Automatisation des machines, ce qui a réduit d’environ 7 % la croissance en données comparables.

Le chiffre d’affaires a été étayé par les bonnes nouvelles dans l’Automatisation des machines et dans la solide exécution des carnets de commandes dans les secteurs des 3C et de l’industrie en général; par contre, l’activité a baissé dans le segment automobile, puisque l’industrie tâche de faire basculer son éventail de produits dans des systèmes intelligents et des cellules d’application à plus grande valeur ajoutée.

Les marges opérationnelles ont été tempérées par les mauvaises nouvelles pour l’éventail des produits, en particulier le chiffre d’affaires des carnets de commandes dans le segment automobile de la Robotique durant le trimestre, qui a masqué les efforts soutenus de maîtrise des coûts. Les marges tiennent aussi compte de la décision de la direction de hausser les investissements dans la recherche et le développement afin de porter le leadership sur les marchés.

Pour améliorer la performance à long terme, on a apporté un changement dans la gestion de l’Automatisation des machines.

Administration générale et divers

CHIFFRES CLÉS

ÉVOLUTION

ÉVOLUTION

(en millions de $  sauf indication contraire)

T4
de 2020

T4
de 2019

$ US

EF 2020

EF 2019

$ US

Commandes

(240)

(283)

+43

(958)

(936)

(22)

Chiffre d’affaires

(225)

(297)

+72

(898)

(870)

(28)

BAIIA opérationnel1

(175)

(331)

+156

(912)

(1,118)

+206

en % du chiffre d’affaires opérationnel

(144)

(253)

+109

(545)

(788)

+243

Le BAIIA opérationnel de l’Administration générale et divers s’est amélioré pour s’établir à ‑144 millions de dollars. Par rapport à il y a un an, cette amélioration s’explique par la baisse des charges au titre des activités opérationnelles non essentielles, ainsi que par l’élimination des coûts irrécouvrables liés à la vente des Réseaux électriques.

Les commandes et le chiffre d’affaires de l’Administration générale et divers représentent les éliminations intersegmentaires.

Résultats du groupe pour l’exercice financier 2020

Commandes

Les commandes, à 26 512 millions de dollars, ont baissé de 7 % (6 % en données comparables) : tous les secteurs d’activité ont ressenti le choc de la contraction de la production en raison de la COVID-19. Dans la Robotique et l’Automatisation intelligente, les bouleversements causés par la COVID-19 ont dominé les vents contraires déjà violents dans les marchés intelligents; les commandes des secteurs d’activité ont perdu 12 % (12 % en données comparables). Les autres secteurs d’activité on fait mieux, en inscrivant des baisses de commandes de moins de 5 % sur un an. Les commandes passées pour les solutions numériques d’ABB ont connu une progression satisfaisante; la pandémie a fortement accéléré l’acceptation, parmi la clientèle, de la mise en service en distanciel et l’adoption des services numériques à distance.

Les commandes ont baissé de 8 % en Europe (7 % en données comparables), de 12 % dans les Amériques (10 % en données comparables) et de 1 % dans l’AMOA (en gagnant 2 % en données comparables), grâce à des développements vigoureux en Chine, dont les commandes ont été stables (en hausse de 3 % en données comparables). Les commandes de services, qui ont représenté 18 % du total des commandes, ont diminué de 15 % (14 % en données comparables).

Chiffre d’affaires

Le chiffre d’affaires, à 26 134 millions de dollars, a reculé de 7 % (5 % en données comparables). Il a diminué dans tous les secteurs d’activité. Le chiffre d’affaires de la division Entraînements a perdu 2 % (2 % en données comparables) et celui de l’Électrification, 6 % (3 % en données comparables). Le chiffre d’affaires de l’Automatisation industrielle a fléchi de 8 % (7 % en données comparables), alors que celui de la Robotique et de l’Automatisation intelligente a chuté de 12 % (13 % en données comparables). Le chiffre d’affaires a décru dans toutes les régions, surtout dans les Amériques. Le chiffre d’affaires des services a cédé 9 % (9 % en données comparables), ce qui représente 19 % du chiffre d’affaires du groupe, en raison des contraintes adoptées dans la mobilité pour enrayer la progression de la COVID-19, ce qui a fait obstacle aux travaux.

Bénéfice d’exploitation et BAIIA opérationnel

Le bénéfice d’exploitation s’est élevé à 1 593 millions de dollars, en baisse de 18 % sur un an. Le résultat de l’exercice tient compte de la restructuration et des charges liées à la restructuration de 410 millions de dollars, ainsi que d’une dévalorisation de la survaleur de 300 millions de dollars et de charges de l’ordre de 200 millions de dollars en raison des changements intervenus dans les obligations se rapportant aux activités cédées.

Le BAIIA opérationnel1, à 2 899 millions de dollars, a baissé de 7 % par rapport à l’exercice précédent. La marge opérationnelle, à 11,1 %, a été stable, grâce à l’exécution des mesures d’austérité, surtout dans l’Électrification, et aux baisses de coût dans l’ensemble des secteurs d’activité. Le BAIIA opérationnel de l’Administration générale et divers a gagné 243 millions de dollars.

Bénéfice net et bénéfice de base par action

Le bénéfice net du groupe attribuable à ABB s’est monté à 5 146 millions de dollars. Le bénéfice net a profité du résultat net des opérations abandonnées de 4,9 milliards de dollars, qui s’explique surtout par le gain comptable sur la vente des Réseaux électriques. Le groupe a comptabilisé des charges financières nettes1 de 351 millions de dollars, dont des coûts de 162 millions de dollars engagés dans le rachat anticipé d’obligations. En outre, les charges de retraite non opérationnelles se sont élevées à 401 millions de dollars, surtout en raison des transferts des différents régimes de retraite. Le lecteur trouvera ci‑après de plus amples renseignements sur ces postes. Les charges fiscales se sont élevées à 496 millions de dollars, soit l’équivalent d’un taux d’imposition de 59 %. Certaines charges de retraite non déductibles, les frais de remboursement d’obligations et les dévalorisations de l’achalandage ont haussé de 33 % le taux d’imposition.

Le BPA de base, à 2,44 $, a augmenté de 261 % sur un an. Le BPA opérationnel, à 0,98 $1, a baissé de 21 %2 par rapport à l’exercice financier précédent.

Marge d’autofinancement apportée par les activités d’exploitation

La marge d’autofinancement apportée par les activités d’exploitation poursuivies s’est élevée à 1 875 millions de dollars en 2020, contre 1 899 millions de dollars en 2019. Le résultat de 2020 comprend des sorties de liquidités totales d’environ 1 million de dollars engagées dans les efforts de transformation d’ABB, notamment l’extraction de l’activité des Réseaux électriques et la mise en œuvre du programme de simplification ABB-OS et d’autres programmes de restructuration, en plus des charges consacrées au transfert de certains régimes de retraite et des sorties de liquidités pour régler le différend avec Eskom en Afrique du Sud. En excluant ces impacts dans les deux exercices, l’évolution de la marge d’autofinancement sur un an aurait augmenté de presque 550 millions de dollars. L’évolution de la marge d’autofinancement tient aussi compte de la baisse des activités opérationnelles durant l’année, alors que les mouvements du fonds de roulement net ont connu une évolution favorable.

La marge d’autofinancement des opérations abandonnées, dont l’activité des Réseaux électriques cédée le 1er juillet 2020, a inscrit un résultat négatif de ‑182 millions de dollars, contre une rentrée de liquidités de 426 millions de dollars en 2019. La marge d’autofinancement totale du groupe apportée par les activités d’exploitation, qui finance les opérations poursuivies et les opérations abandonnées, s’est chiffrée à 1 693 millions de dollars.

Traits dominants stratégiques

Mise en œuvre de la manière ABB

En 2020, la direction a franchi d’importantes étapes dans l’orientation et la simplification d’ABB, dans le cadre des efforts lancés au quatrième trimestre de 2018. L’activité des Réseaux électriques a été cédée, comme prévu, le 1er juillet 2020, en cristallisant la valeur pour les actionnaires et en confortant l’attention portée par le groupe à la clientèle industrielle. Un modèle opérationnel décentralisé, dans lequel les divisions se situent au sommet de la hiérarchie opérationnelle d’ABB, a été adopté au début du troisième trimestre de 2020, de concert avec un vigoureux processus de pointage et de gestion de la performance. La volonté de la Société de céder trois divisions de grande qualité à leur pleine valeur se déroule selon le plan.

La direction a été heureuse d’atteindre la cible du groupe, soit des économies nettes de 500 millions de dollars par an, grâce au programme de simplification ABB-OS durant le quatrième trimestre de 2020, avec une année d’avance sur le calendrier.

Le programme d’optimisation de la structure du capital est essentiellement achevé

ABB a essentiellement achevé son programme d’optimisation de la structure du capital, mené pour fortifier la souplesse financière du groupe et pour étayer le dérisquage de son bilan à long terme.

La Société a réduit de 2,9 milliards de dollars en 2020 ses obligations d’endettement brut grâce au rachat programmé et anticipé d’obligations et en réduisant l’encours de ses marges de crédit. Le rachat anticipé d’obligations est pris en compte dans les charges financières incrémentielles de l’ordre de 160 millions de dollars dans l’état des résultats du quatrième trimestre.

Durant le deuxième semestre de 2020, ABB a aussi transféré certaines obligations dans le cadre des régimes de retraite à des tiers assureurs, qui s’engagent à verser toutes les rentes et prestations de retraite destinées aux membres de ces régimes. Au total, ces transactions portent sur des obligations de retraite estimées à 2,5 milliards de dollars, qui étaient sous‑financées d’environ 770 millions de dollars. Ces transactions ont pu être réalisées grâce à des contributions en liquidités de l’ordre de 360 millions de dollars, ainsi qu’au transfert d’environ 1,8 milliard de dollars d’actifs dans les régimes de retraite existants. Par conséquent, ABB a comptabilisé des charges non opérationnelles, au titre des régimes de retraite, de 379 millions de dollars et de 141 millions de dollars, dans l’état de ses résultats, au troisième et au quatrième trimestres respectivement.

Comme elle l’avait annoncé, ABB entend reverser aux actionnaires des produits en liquidités de 7,6 à 7,8 milliards de dollars sur la cession de son activité des Réseaux électriques. Elle a lancé, le 23 juillet 2020, un programme de rachat de 10 % de son capital‑actions, qui se poursuivra jusqu’à l’assemblée générale annuelle (AGA) de la Société le 25 mars 2021. À l’AGA, ABB a l’intention de demander aux actionnaires d’approuver l’annulation des actions rachetées dans le cadre de ce programme et d’annoncer les prochaines étapes. ABB est actuellement propriétaire de 140 953 809 actions autodétenues, y compris les actions rachetées dans le cadre du programme de rachat.

Suivant la fin de l’exercice, ABB a émis des obligations de 800 millions d’euros à 0 % pour une durée de neuf ans, pour les besoins de l’Administration générale.

Dividendes

Le conseil d’administration d’ABB a proposé un dividende ordinaire de 0,80 franc suisse par action pour 2020, sous réserve de l’approbation des actionnaires à la prochaine AGA. Cette proposition cadre avec la politique sur les dividendes d’ABB, qui entend verser un dividende durable et en hausse par action au fil des ans. Le lecteur trouvera de plus amples renseignements sur le site Web d’ABB.

Perspectives à court terme

L’incertitude qui règne sur les marchés en raison de la COVID-19 s’est avivée durant le quatrième trimestre. Les perspectives restent ténues pour les segments comme le secteur pétrogazier, la production d’énergie traditionnelle et le transport maritime, alors que les coûts des matières brutes augmentent. En somme, il y a de bonnes nouvelles dans les segments de l’industrie générale et des constructeurs de machines, alors que les marchés finaux comme le bâtiment, les services publics de distribution, les centres de données, l’électronique grand public et les boissons et aliments devraient connaître une croissance vigoureuse.

Sur cette toile de fond et malgré une base de comparaison difficile pour le premier trimestre de 2021, ABB envisage un retour à une évolution positive des commandes comparables sur un an durant le deuxième trimestre. La croissance comparable du chiffre d’affaires devrait se révéler résiliente au premier trimestre, grâce à la conversion des carnets de commandes, même si l’Automatisation industrielle (et par conséquent, l’Automatisation des procédés) est appelée à être mise à rude épreuve. La marge du BAIIA opérationnel du groupe devrait s’améliorer considérablement sur un an, grâce aux gains dans la plupart des secteurs d’activité et devrait rester essentiellement stable séquentiellement.

Le scénario de base de la direction prévoit une amélioration graduelle de la conjoncture des marchés à mesure que 2021 progresse. Ceci dit, l’horizon prévisionnel reste limité, surtout en ce qui a trait à la reprise du marché des services dans l’Automatisation des procédés. Compte tenu de ce qui précède, ABB s’attend à ce que la croissance du chiffre d’affaires comparable cadre essentiellement avec sa fourchette cible à long terme et prévoit une nette accrétion des marges pour tout l’exercice 2021 par rapport à l’ensemble de l’exercice 2020. ABB s’attend aussi à une forte accrétion du BPA8 et à de solides liquidités pour l’exercice.

Les cibles financières d’ABB, fixées à l’occasion de la Journée des marchés de capitaux en novembre 2020, restent inchangées.

Complément d’information

Le communiqué de presse et l’exposé des résultats du quatrième trimestre de 2020 sont diffusés dans la section News Center d’ABB, sur le site www.abb.com/news et sur la page d’accueil Relations avec les investisseurs du site du site www.abb.com/investorrelations. Une téléconférence et une séance de webdiffusion à l’intention des analystes et des investisseurs sont programmées pour aujourd’hui à 10 h, heure de l’Europe centrale (9 h 30, BST). Pour vous inscrire d’avance à cette téléconférence ou pour participer à la séance de webdiffusion, veuillez consulter le site Web d’ABB (www.abb.com/investorrelations). La séance enregistrée sera diffusée sur le site Web d’ABB suivant la fin de la téléconférence.

ABB (symbole ABBN sur la Bourse suisse SIX) est un chef de file des technologies qui mène la transformation de la société et de l’industrie afin de connaître un avenir durable plus productif. En connectant les logiciels à son portefeuille d’électrification, de robotique, d’automatisation et d’entraînements, ABB repousse les frontières de la technologie pour porter le rendement à des niveaux supérieurs. Fidèle à une tradition d’excellence depuis plus de 130 ans, ABB mise, pour réussir, sur environ 105 000 employés de talent dans plus de 100 pays.

AGENDA DE L’INVESTISSEUR

Assemblée générale annuelle (virtuelle)

Le 25 mars 2021

Résultats du T1

Le 27 avril 2021

Résultats du T2

Le 22 juillet 2021

Résultats du T3

Le 21 octobre 2021

Avis important à propos de l’information prospective

Ce communiqué de presse comprend de l’information et des déclarations prospectives, ainsi que d’autres déclarations à propos des perspectives de nos activités, notamment dans les sections du communiqué intitulées « Optimisation de la structure du capital », « Progression de la transformation » et « Perspectives à court terme ». Ces déclarations se fondent sur les attentes, estimations et projections actuelles, à propos des facteurs qui pourraient avoir une incidence sur notre rendement projeté, dont la conjoncture économique mondiale et la conjoncture économique des régions et des industries qui constituent des marchés majeurs pour ABB. Ces attentes, estimations et projections correspondent généralement aux déclarations qui comprennent des termes se rapportant aux « attentes », aux « convictions », aux « estimations », aux « cibles », aux « plans », aux « probabilités » et aux « intentions » ou à des expressions comparables. Toutefois, les risques et les incertitudes sont nombreux, et la plupart sont indépendants de notre volonté, ce qui pourrait donner lieu à des différences importantes entre nos résultats effectifs et l’information et les déclarations prospectives reproduites dans ce communiqué de presse, ce qui pourrait avoir une incidence sur notre capacité à réaliser l’un quelconque ou la totalité de nos objectifs déclarés. Les facteurs importants qui pourraient donner lieu à ces différences comprennent entre autres les risques opérationnels liés à la volatilité de la conjoncture économique mondiale et de la conjoncture politique, les coûts relatifs aux activités de mise en conformité, l’adoption des nouveaux produits et services sur les marchés, l’évolution de la réglementation des gouvernements et des taux de change, et d’autres facteurs qui peuvent être exposés périodiquement dans les documents déposés par ABB Ltd auprès de la Securities and Exchange Commission des États-Unis, notamment ses rapports annuels sur le Formulaire 20‑F. Bien qu’elle soit convaincue que les attentes exprimées dans ces déclarations prospectives se fondent sur des hypothèses raisonnables, ABB Ltd ne peut pas donner l’assurance que ces attentes seront satisfaites.

Zurich, le 4 février 2021

Björn Rosengren, président et chef de la direction

Notes de renvoi

1. Pour la correspondance des indicateurs non conformes aux PCGR, le lecteur est invité à consulter la rubrique « Contrôles de concordance supplémentaires et définitions complémentaires » dans l’information financière ci‑jointe sur le T4 de 2020.

2. Les taux de croissance du BPA sont calculés en chiffres non arrondis. Le bénéfice par action opérationnel comparable est exprimé en monnaies constantes (taux de change de 2019 non corrigés des variations du portefeuille opérationnel).

3. En monnaies constantes (non corrigées des variations du portefeuille).

4. Cette somme correspond au total des opérations poursuivies et des opérations abandonnées.

5. Les commandes majeures s’entendent des commandes de plus de 15 millions de dollars.

6. Le règlement ne tient pas compte des procédures réglementaires qui se déroulent hors de l’Afrique du Sud et qu’il est impossible d’estimer au moment d’écrire ces lignes.

7. Maximum de 10 % du capital-actions émis par la Société, dont les actions autodétenues.

8. À l’exclusion du gain comptable sur la vente des Réseaux électriques.

Liens

Contactez nous

Téléchargements

Partagez cet article

Facebook LinkedIn Twitter WhatsApp