Les solutions numériques ABB Ability permettront au CERN d’améliorer l’efficacité énergétique des systèmes de refroidissement critiques

Les solutions numériques ABB Ability permettront au CERN d’améliorer l’efficacité énergétique des systèmes de refroidissement critiques

  • Le partenariat utilisera les connaissances et l’expertise en matière de données pour réduire la consommation d’énergie du système de refroidissement et de ventilation du CERN jusqu’à 15 %
  • ABB et le CERN créeront des jumeaux numériques pour prendre en charge les diagnostics en ligne et maximiser le fonctionnement efficace et fiable du système
  • Les connaissances et meilleures pratiques ainsi apprises seront partagées publiquement afin que d’autres projets de refroidissement et de ventilation de grande envergure puissent trouver de nouvelles voies pour accroître l’efficacité énergétique

Le CERN, l’une des principales organisations pour la recherche nucléaire au monde, et ABB ont conclu un partenariat pour identifier les moyens d’améliorer l’efficacité énergétique des systèmes de refroidissement et de ventilation utilisés pour les expériences en laboratoire sur son site près de Genève, en Suisse. Le partenariat servira également de modèle pour d’autres institutions de recherche énergivores qui souhaitent réduire leur empreinte environnementale et améliorer leur fiabilité.

Ce projet non commercial démontrera comment les connaissances approfondies des données fournies grâce à l’Ability™ Digital Powertrain et l’expertise d’ABB servir à prendre de meilleures décisions en termes d’économie d’énergie et d’augmentation de la fiabilité dans les installations de recherche de grande envergure. Les moteurs utilisés pour alimenter les pompes, ventilateurs, compresseurs et tours de refroidissement représentent actuellement 20% de la consommation totale d’énergie du CERN, soit environ 260 gigawattheures.

« Nos partenariats d’innovation nous aident à obtenir un impact sociétal positif de notre travail en repoussant les limites de la science et de l’ingénierie au CERN », a déclaré Han Dols, responsable du développement commercial et de l’entrepreneuriat au CERN. « Nous nous sommes associés à ABB pour générer des données approfondies permettant de réduire notre propre empreinte électrique, tout en continuant à tester les extrêmes sur un site d’aussi grande taille que le nôtre. Nous espérons également inspirer d’autres grandes organisations scientifiques et l’industrie à faire de même, et avons donc convenu avec ABB de partager publiquement les enseignements de ce projet. »

Mari E. Haapala, Motion Digital Lead d’ABB, a déclaré : « Notre partenariat avec le CERN illustrera ce qui peut être réalisé grâce aux données obtenues par des évaluations numériques de l’énergie et des services de surveillance des états qui permettent de prendre des décisions plus intelligentes en matière e rotation des équipements électriques dans une organisation scientifique de grande envergure. En tant que partenaire du CERN, nous sommes heureux de lui apporter notre soutien dans sa voie numérique vers un avenir à haute efficacité énergétique. »

ABB collectera des données numériques sur les performances de centaines de moteurs électriques industriels pour aider le CERN à améliorer l’efficacité énergétique de ses systèmes de refroidissement critiques. (Copyright CERN)
ABB collectera des données numériques sur les performances de centaines de moteurs électriques industriels pour aider le CERN à améliorer l’efficacité énergétique de ses systèmes de refroidissement critiques. (Copyright CERN)

Ce partenariat permettra de collecter des données de performance numériques de centaines de moteurs et d’applications électriques industriels. L’analyse effectuée par les experts d’ABB permettra d’identifier précisément où et combien d’énergie peut être économisée en ajustant les horaires et les charges ou en passant à des moteurs à haut rendement et à des entraînements à vitesse variable (VSD). En règle générale, cette approche peut générer 15 % ou plus d’économies d’énergie.

Les données seront également utilisées pour la surveillance des états de fonctionnement afin d’assurer la fiabilité du système de refroidissement et de ventilation. Par exemple, pour détecter les vibrations qui se produisent lorsque des composants arrivent en fin de vie. Cela permettra aux ingénieurs du CERN de planifier la maintenance de manière proactive et de protéger la disponibilité des systèmes de refroidissement, dont une panne imprévue de 30 minutes risque d’interrompre une expérience pendant 48 heures. Le passage de la maintenance réactive à la maintenance prédictive réduira également les coûts de maintenance.

L’équipe créera également des jumeaux numériques du système. Cela permettra au CERN d’effectuer des diagnostics avancés et des tests de scénarios hors ligne lorsqu’il planifie des développements pour adapter les systèmes de refroidissement à nouvelles expériences et infrastructures. Le résultat final du projet servira de feuille de route au CERN pour réaliser de futures économies d’énergie et réduire son impact sur l’environnement.

ABB (ABBN : SIX Swiss Ex) est une entreprise leader mondial des technologies qui dynamise la transformation de la société et de l’industrie afin de bâtir un futur plus productif et durable. En connectant des logiciels à son portefeuille de solutions d’électrification, de robotique, d’automation et de mobilité, ABB repousse les limites de la technologie afin d’offrir un niveau de performances inégalé. Fort d’un héritage d’excellence de plus de 130 ans, ABB doit notamment son succès à ses 105 000 collaborateurs talentueux répartis dans plus de 100 pays. www.abb.com

Le CERN, l’Organisation européenne pour la recherche nucléaire, est l’un des principaux laboratoires mondiaux pour la physique des particules. L’Organisation est située à la frontière franco-suisse, avec son siège à Genève. Ses États membres sont: l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, la Bulgarie, le Danemark, l’Espagne, la Finlande, la France, la Grèce, la Hongrie, Israël, l’Italie, la Norvège, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la République tchèque, la Roumanie, la Serbie, la Slovaquie, la Suède et la Suisse. Chypre, l’Estonie et la Slovénie sont des États membres associés qui en sont à l’étape préalable à l’adhésion. La Croatie, l’Inde, la Lettonie, la Lituanie, le Pakistan, la Turquie et l’Ukraine sont des États membres associés. L’Union européenne, le Japon, le JINR, la Fédération de Russie, l’UNESCO et les États-Unis d’Amérique ont actuellement le statut d’observateur. Le statut d’observateur de la Fédération de Russie et du JINR est suspendu conformément aux résolutions du Conseil du CERN du 8 mars 2022 et du 25 mars 2022, respectivement.

Liens

Contactez nous

Téléchargements

Partagez cet article

Facebook LinkedIn Twitter WhatsApp