Résultats du deuxième trimestre de 2022

Résultats du deuxième trimestre de 2022

Forte demande et rendement opérationnel satisfaisant

Communiqué spécial conformément à l’article 53 des Règles de cotation de la Bourse suisse SIX

  • Commandes : 8,8 milliards de dollars, +10 %; +20 % en données comparables1
  • Chiffre d’affaires : 7,3 milliards de dollars, ‑3 %; +6 % en données comparables
  • Bénéfice opérationnel : 587 millions de dollars; marge de 8,1 %
  • BAIIA opérationnel1 : 1 136 millions de dollars; marge1 de 15,5 %
  • BPA de base : 0,20 $; ‑47 %2
  • Marge d’autofinancement des activités d’exploitation de 382 millions de dollars
CHIFFRES CLÉS
(en millions de $, sauf indication contraire)
ÉVOLUTION
ÉVOLUTION
T2 2022 T2 2021 US$ Données comparables1 S1 2022 S1 2021 US$ Données comparables1
Commandes
8,807 7,989 10% 20% 18,180 15,745 15% 24%
Chiffre d'affaires 7,251 7,449 -3% 6% 14,216 14,350 -1% 7%
Bénéfice brut 2,290 2,508 -9%
4,571 4,776 -4%
     en % du chiffre d'affaires 31.6% 33.7% -2.1 pts
32.2% 33.3% -1.1 pts
Bénéfice d'exploitation 587 1,094 -46%
1,444 1,891 -24%
BAIIA opérationnel1 1,136 1,113 2% 9%3 2,133 2,072 3% 9%3
     en % du chiffre d'affaires opérationnel1 15.5% 15.0% +0.5 pts
14.9% 14.4% +0.5 pts
Bénéfice des opérations poursuivies, net de l’impôt 406 789 -49%
1,049 1,340 -22%
Bénéfice net attribuable à ABB 379 752 -50%
983 1,254 -22%
Bénéfice de base par action (dollars) 0.20 0.37 -47%2
0.51 0.62 -18%2
Marge d’autofinancement des activités d’exploitation4 382 663 -42%
(191) 1,206 n.a.
Marge d’autofinancement des activités d’exploitation poursuivies 385 663 -42%
(179) 1,186 -115%

1) Pour la correspondance des indicateurs non conformes aux PCGR, le lecteur est invité à consulter la rubrique « Contrôles de concordance supplémentaires et définitions complémentaires » dans l’information financière cijointe sur le deuxième trimestre de 2022.

2) Les taux de croissance du BPA sont calculés en chiffres non arrondis.

3) En monnaies constantes (non corrigées des variations du portefeuille).

4) Cette somme correspond au total des opérations poursuivies et des opérations abandonnées.

« Je suis satisfait de notre rendement et de savoir que nous avons accompli encore d’autres progrès dans la réalisation de notre cible pour notre marge à long terme. Je suis également enchanté des progrès accomplis dans l’essaimage d’Accelleron et dans sa cotation planifiée en Suisse. »

Björn Rosengren, président et chef de la direction

Synthèse du président et chef de la direction

Dans l’ensemble, je suis ravi de constater que les équipes ont fait progresser vigoureusement notre carnet de commandes ainsi que nos marges, ce qui cadre avec notre cible à long terme. Nous avons réalisé cette croissance malgré les pressions exercées par les tensions de la chaîne logistique, les confinements sanitaires en Chine et l’environnement inflationniste. La marge d’autofinancement a augmenté par rapport au premier trimestre, et je m’attends à ce qu’elle progresse solidement au deuxième semestre de l’exercice.

Notre carnet de commandes a augmenté de 10 % (20 % en données comparables), ce qui est considérable, et nous avons constaté une évolution positive dans tous les grands segments de la clientèle. Si les variations des taux de change ont pesé sur le total, les commandes comparables ont progressé à un rythme dans les deux chiffres dans toutes les régions. Puisque tous les secteurs d’activité ont inscrit une hausse dans les deux chiffres, les nouvelles commandes se sont chiffrées à 8 807 millions de dollars, et le carnet de commandes a atteint un sommet absolu de 19,5 milliards de dollars.

Dans l’ensemble, le chiffre d’affaires a baissé de 3 % (et a monté de 6 % en données comparables) sur un an. L’impact négatif des variations des taux de change et des changements de portefeuille a pesé sur les résultats positifs de la solide exécution des prix et de l’augmentation des volumes, qui ont dans ce dernier cas en quelque sorte été freinés par la chaîne logistique entravée. Le chiffre d’affaires en données comparables a augmenté dans tous les secteurs d’activité, sauf la Robotique et l’Automatisation intelligente, qui sont, avec la division Solutions de distribution dans l’Électrification, des secteurs dans lesquels les livraisons aux clients ont été considérablement ralenties par les pénuries de composants. Dans l’ensemble, les contraintes de la chaîne logistique se sont légèrement amoindries par rapport au trimestre précédent; toutefois, nous avons constaté des pressions temporaires sur les livraisons aux clients en Chine, pays dans lequel les confinements ont ralenti un peu plus qu’attendu la logistique. Nous nous attendons à une autre baisse de l’offre de composants dans les prochains trimestres.

Je suis heureux que nous ayons réussi à hausser à 15,5 % la marge du BAIIA opérationnel. Surtout, nos équipes ont réussi à effacer les effets inflationnistes sur les coûts des intrants et les frais de transport grâce à une solide exécution des prix et à l’augmentation des volumes. L’Automatisation des procédés a inscrit une forte amélioration de 180 points de base de sa marge sur un an. Je suis également satisfait des niveaux de rendement de l’Électrification et des Entraînements, même si les marges ont fléchi par rapport aux niveaux élevés atteints l’an dernier. La Robotique et l’Automatisation intelligente sont les secteurs qui ont inscrit une contreperformance opérationnelle, déclenchée par les livraisons aux clients, qui ont été considérablement pénalisées par les confinements en Chine et par les pénuries de semi‑conducteurs. En outre, les résultats ont été étayés par des coûts moindres que prévu dans l’Administration générale et divers, dont un impact positif sur les marges de l’ordre de 60 points de base liés à la sortie d’un ancien projet et à la vente d’un immeuble, qui s’est réalisé plus tôt qu’escompté.

Le bénéfice opérationnel tient compte des éléments de l’ordre de 250 millions de dollars qui se répercutent sur la comparabilité. Il s’agit entre autres de la charge de 195 millions de dollars que nous venons de mentionner et à laquelle a donné lieu notre sortie dans le cadre de l’ancien projet le plus important dans les opérations non essentielles, soit l’activité de modernisation de l’ensemble des trains. Ce résultat tient également compte de l’impact financier de notre décision de sortir du marché russe, qui s’explique par la guerre qui perdure en Ukraine et par l’incidence des sanctions internationales liées. Nous avons entamé le processus de dissolution des activités restantes en Russie. Cette opération a donné lieu à une charge de 57 millions de dollars, dont 23 millions de dollars se répercuteront sur la marge d’autofinancement du troisième trimestre.

Le bilan est vigoureux, même si sur un an, la marge d’autofinancement des activités poursuivies a plongé à 385 millions de dollars, essentiellement en raison de l’augmentation du fonds de roulement net. Ceci dit, nous avons continué d’exécuter notre programme de rachat d’actions, et peu de temps après la clôture du deuxième trimestre, nous avons réussi à nous acquitter de notre promesse de restituer aux actionnaires le reliquat de 1,2 milliard de dollars — sur le total de 7,8 milliards de dollars — du produit de la cession des Réseaux électriques. Nous continuons aujourd’hui d’exécuter notre programme de rachat permanent à concurrence de 3 milliards de dollars.

En raison de la volatilité des marchés financiers, nous avons décidé de reporter l’introduction en Bourse planifiée de notre division Mobilité électrique. Nous surveillerons l’évolution de la conjoncture des marchés et nous avons la ferme volonté de procéder à la cotation de cette division sur la Bourse suisse SIX lorsque la conjoncture sera propice. Dans le même temps, en misant il y a trois ans sur l’investissement du capital d’amorçage, l’équipe de la Mobilité électrique s’est engagée à prendre une participation majoritaire dans Numocity, plateforme numérique dominante pour la recharge des véhicules électriques en Inde. Cette participation permettra à la division Mobilité électrique de miser sur les perspectives régionales offertes par l’augmentation de la demande de solutions de recharge pour les véhicules à deux et trois roues, les voitures et les véhicules commerciaux légers. Suivant la clôture du deuxième trimestre, nous avons décidé de céder l’entreprise Accelleron (Turbocompression) en prévoyant de l’inscrire à la cote de la Bourse suisse SIX le 3 octobre, sous réserve de l’approbation des actionnaires durant l’assemblée générale extraordinaire. Je suis heureux de cette décision, qui permet aux actionnaires de réaliser toute la valeur d’Accelleron et à ABB de se consacrer à ses secteurs d’activité essentiels, soit l’électrification et l’automatisation.

Björn Rosengren, président et chef de la direction
Björn Rosengren, président et chef de la direction

Perspectives

Au troisième trimestre de 2022, nous nous attendons à une croissance comparable, dans les deux chiffres, du chiffre d’affaires et nous prévoyons que le BAIIA opérationnel s’améliorera séquentiellement, en excluant l’impact positif de 60 points de base au titre des éléments exceptionnels durant le deuxième trimestre.

Pour l’ensemble de l’exercice 2022, nous nous attendons à une amélioration constante des marges, qui devraient atteindre la cible d’au moins 15 % en 2023, grâce à l’amélioration de l’efficience, à l’heure où nous intégrons pleinement le modèle opérationnel décentralisé et notre culture de performance dans toutes nos divisions. En outre, nous devrions pouvoir compter sur une progression positive des marchés et sur la solidité de notre carnet de commandes.

Liens

Contactez nous

Téléchargements

Partagez cet article

Facebook LinkedIn Twitter WhatsApp