Résultats du T4 2022

Résultats du T4 2022

Forte amélioration du rendement au T4 et atteinte précoce de la marge cible à long terme

Annonce ad hoc conformément à l’article 53 du Règlement de cotation de la bourse SIX Swiss Exchange

T4 2022

  • Commandes 7,6 milliards de dollars, -8 %; base comparable1 +2 %.
  • Chiffre d’affaires 7,8 milliards de dollars, +3 %; base comparable +16 %.
  • Bénéfice d’exploitation 1 185 millions de dollars; marge 15,1 %.
  • BAIIA d’exploitation1 1 146 millions de dollars; marge1 14,8 %.
  • Résultat de base par action 0,61 $.
  • Le flux de trésorerie généré par les activités d’exploitation s’élevait à 687 millions de dollars, et à 720 millions de dollars pour les activités d’exploitation liées aux activités poursuivies, compte tenu de l’incidence négative d’environ 315 millions de dollars attribuable au règlement du projet Kusile annoncé plus tôt.

EF 2022

  • Commandes 34,0 milliards de dollars, +7 %; base comparable1 +16 %.
  • Chiffre d’affaires 29,4 milliards de dollars, +2 %; base comparable +12 %.
  • Bénéfice d’exploitation 3 337 millions de dollars; marge 11,3 %.
  • BAIIA d’exploitation1 4 510 millions de dollars; marge1 15,3 %.
  • Résultat de base par action 1,30 $.
  • Le flux de trésorerie généré par les activités d’exploitation s’élevait à 1 287 millions de dollars, et à 1 334 millions de dollars pour les activités d’exploitation liées aux activités poursuivies.
CHIFFRES CLÉS
(en millions de dollars, sauf
indication contraire)

CHANGE
CHANGE
T4 2022 T4 2021 US$ Base
Comparable1
EF 2022 EF 2021 US$ Base
Comparable1
Commandes 7,620 8,257 -8% 2% 33,988 31,868 7% 16%
Chiffre d’affaires 7,824 7,567 3% 16% 29,446 28,945 2% 12%
Marge brute 2,658 2,397 11%
9,710 9,467 3%
    en % du chiffre d’affaires 34.0% 31.7% +2.3 pts
33.0% 32.7% +0.3 pts
Bénéfice d’exploitation 1,185 2,975 -60%
3,337 5,718 -42%
BAIIA d’exploitation1 1,146 988 16% 28%3 4,510 4,122 9% 18%3
  en % du chiffre d’affaires d’exploitation1 14.8% 13.1% +1.7 pts
15.3% 14.2% +1.1 pts
Bénéfice tiré des activités poursuivies,
net d’impôts
1,168 2,703 -57%
2,637 4,730 -44%
Résultat net propre à ABB 1,132 2,640 -57%
2,475 4,546 -46%
Résultat de base par action ($) 0.61 1.34 -55%2
1.30 2.27 -43%2
Flux de trésorerie provenant des activités
d’exploitation4
687 1,020 -33%
1,287 3,330 -61%
Flux de trésorerie provenant des activités
d’exploitation liées aux activités poursuivies
720 1,033 -30%
1,334 3,338 -60%

1Pour un rapprochement des mesures non conformes aux PCGR, se reporter à l’annexe « Rapprochements complémentaires et définitions » dans les états financiers ci-joints du 4e trimestre de 2022.
2Les taux de croissance du bénéfice par action sont calculés en utilisant des montants non arrondis. Les chiffres de 2021 tiennent compte de l’incidence de la cession de la division Transmission de puissance mécanique. 3Devises constantes (non rajustées pour les évolutions du portefeuille).
4Ce montant correspond au total des activités poursuivies et des abandons d’activité. 

« L’année 2022 a été une autre réussite pour ABB, permettant de rationaliser davantage notre portefeuille d’affaires et de réaliser notre marge cible plus tôt que prévu. Nous avons renforcé la résilience d’ABB. En 2023, en dépit de l’incertitude qui règne actuellement dans les marchés, nous voulons démontrer que nous pouvons réaliser une marge du BAIIA d’exploitation d’au moins 15 % en tout temps. »

Björn Rosengren, chef de la direction

Sommaire du chef de la direction

Au quatrième trimestre de 2022, nous avons amélioré les commandes et le chiffre d’affaires selon une base comparable, haussé le BAIIA d’exploitation de 16 %, accru la marge du BAIIA d’exploitation de 170 points de base et augmenté le RCE à 16,5 % pour 2022, ce qui respecte notre marge cible. Dans l’ensemble et à mon avis, c’est une grande réalisation.

L’activité des clients s’est améliorée légèrement ou est demeurée stable dans la plupart des segments, sauf pour les baisses liées à la construction résidentielle et la fabrication de pièces. Les perspectives du marché des pièces demeurent solides, même si le quatrième trimestre a subi les contrecoups de la normalisation des habitudes de commande des clients, après une période d’anticipation entraînée par les longs délais de livraison associés à une chaîne de valeur sous pression. Cela a nui aux commandes prises par la division Robotique et automatisation intelligente, alors que les trois autres secteurs d’activité sont demeurés stables ou ont augmenté les commandes selon une base comparable. Le chiffre d’affaires était soutenu, augmentant de 3 % (16 % sur une base comparable). La région des Amériques a été le moteur de croissance en matière de commandes, alors que l’Europe a inversé la tendance et l’Asie, le Moyen-Orient et l’Afrique sont demeurés essentiellement stables malgré un déclin en Chine. La situation liée à la recrudescence de la COVID en Chine a quelque peu ralenti les activités commerciales localement vers la fin de la période. Notre priorité est d’assurer la sécurité de nos employés.

Notre politique robuste d’établissement des prix, assortie à une augmentation des volumes, a permis de réaliser des marges brutes supérieures, améliorant la marge du BAIIA d’exploitation de 170 points de base pour atteindre 14,8 %, la plus forte marge au quatrième trimestre depuis plusieurs années. L’année 2022 a donc été une année record pour ABB, du moins dans l’histoire récente, avec une marge du BAIIA d’exploitation de 15,3 %. Nous avons assuré une bonne gestion des prix et bien exécuté les commandes malgré les volumes accrus, en s’appuyant en outre sur des frais généraux exceptionnellement faibles. Je suis heureux de la manière dont les divisions ont composé avec les difficultés telles que les contraintes de la chaîne d’approvisionnement, un marché de l’emploi serré, des fermetures en Chine attribuables à la COVID et un fort climat inflationniste.

Le flux de trésorerie de 687 millions de dollars pendant le trimestre est la seule variable qui n’a pas été tout à fait à la hauteur de nos attentes, car la diminution du fonds de roulement net a été plus lente que prévu. Ce dossier sera un important sujet de préoccupation à court terme pour nous, alors que nous assurons l’exécution d’un important carnet de commandes. Comme mentionné précédemment, la finalisation du dossier Kusile a pesé sur le flux de trésorerie à hauteur d’environ 315 millions de dollars, alors que la conclusion de la cession de Réseaux électriques a généré un apport net au comptant de 1,4 milliard de dollars en investissements.

Nous restons attachés à notre plan de coter séparément nos activités de mobilité électrique sous réserve de conditions de marché constructives. Entretemps, nous avons fixé à la fin janvier la conclusion du placement privé préalable à un appel public d’environ 525 millions de francs suisses pour des actions nouvellement émises à de nouveaux investisseurs minoritaires, représentant environ 20 % de l’actionnariat de la filière de mobilité électrique. Le produit servira à profiter du potentiel de croissance de la mobilité électrique grâce à des investissements organiques ainsi que des fusions et acquisitions en matière de matériel et de logiciels.

Juste après la fin du quatrième trimestre, nous avons progressé dans le dernier volet des cessions de divisions annoncées, en signant une entente pour céder la division Conversion de puissance dans le secteur Électrification. À partir de maintenant, nous allons continuer de passer en revue notre portefeuille d’affaires à l’échelon des groupes de produits au sein de nos divisions actuelles. Notre décision d’amorcer la cession du secteur Éclairage d’urgence, au sein de la division Bâtiments intelligents dans le secteur Électrification, au cours de l’année 2023 en est un exemple.

En nous associant de manière stratégique à l’entreprise minière et métallurgique suédoise Boliden, pour utiliser du cuivre à faible empreinte carbone dans notre équipement de brassage électromagnétique et des moteurs électriques à haut rendement, nous avons fait un pas de plus dans l’atteinte de notre cible de 2030, soit l’introduction d’une approche circulaire dans au moins 80 % de nos produits et solutions. Le but est de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) tout en assurant la transition vers une économie plus circulaire.

En portant nos regards vers 2023, nous n’anticipons pas actuellement de recul majeur de la demande, même si le fort climat inflationniste ajoute de l’incertitude. Une croissance comparable dans les commandes, du moins dans la première moitié de l’année, devrait être quelque peu atténuée par le carnet de commandes très garni de l’année dernière, conjugué à la normalisation des habitudes de commande des clients après une période d’anticipation entraînée par une chaîne de valeur sous pression. Je m’attends à une croissance comparable du chiffre d’affaires de plus de 5 %, soutenue par l’exécution des commandes en attente. Le flux de trésorerie devrait profiter de notre diminution du fonds de roulement net et nous devrions assister à une baisse des facteurs qui nuisent à la comparabilité des indicateurs. Je perçois l’année 2023 comme une bonne occasion pour ABB de faire la démonstration que nous pouvons réaliser une marge du BAIIA d’exploitation d’au moins 15 % annuellement en tout temps.

En tenant compte du rendement amélioré, d’un flux de trésorerie robuste et d’un bilan solide, le conseil d’administration propose un dividende ordinaire de 0,84 franc suisse par action. Il s’agit d’une hausse par rapport au dividende de 0,82 franc suisse de l’année précédente, conforme à l’ambition à long terme de hausser le dividende par action de façon durable avec le temps, tout en donnant la priorité à un bilan solide pour soutenir nos ambitions en matière de croissance. Nous avons l’intention de poursuivre les rachats d’actions pendant toute l’année 2023.

Björn Rosengren, chef de la direction
Björn Rosengren, chef de la direction
center

Perspectives

Au premier trimestre de 2023, nous anticipons une croissance à deux chiffres des revenus sur une base comparable pour améliorer la marge du BAIIA d’exploitation d’année en année.

Pour l’ensemble de l’année 2023, malgré l’incertitude actuelle dans les marchés, nous anticipons une croissance des revenus sur une base comparable de plus de 5 % et nous nous attendons à atteindre de nouveau notre cible à long terme de réaliser une marge du BAIIA d’exploitation d’au moins 15 %.

Liens

Contactez nous

Téléchargements

Partagez cet article

Facebook LinkedIn Twitter WhatsApp